Nike pas cher

Le Lacoste Ladies Open de France fusionne golf et art

Que se passe-t-il lorsque le golf inspire ? Esta fue una pregunta central la semana pasada en Deauville, Francia, donde Lacoste celebró la renovación de su patrocinio del Lacoste Ladies Open de France con un nuevo concepto para que el torneo defienda no solo el golf femenino, sino también el arte, la moda y la culture. C’est une décision qui a beaucoup de sens pour une marque comme Lacoste qui a réussi à fusionner performance et esthétique tout en équilibrant streetwear et luxe depuis sa création en 1933.

Profitant d’un nouvel emplacement, Lacoste a rebaptisé le tournoi, créé une exposition d’art autour du parcours de golf pour offrir quelque chose de nouveau aux fans, petits et grands, et a étendu l’expérience de jeu non seulement aux professionnels, mais aussi aux fans et aux novices. dans les derniers vêtements Lacoste. L’événement a réécrit les règles de ce qu’un tournoi de golf est censé être et a placé Lacoste à l’avant-garde d’une nouvelle vague de golf qui apporte l’inclusivité, l’accessibilité et la culture.

Après avoir accueilli les meilleures golfeuses d’Europe au Golf du Médoc à Bordeaux pendant quatre ans, Lacoste a décidé de déplacer le tournoi à Deauville. Située en Normandie, à environ deux heures et demie de route au nord-ouest de Paris, c’est une ville d’environ 3 500 habitants connue historiquement comme une escapade estivale pour les Parisiens. Le Golf Barrière Deauville, le nouveau lieu choisi pour 2022, surplombe la ville avec une vue imprenable sur la Manche.

Avec un accent renouvelé sur l’art et la mode pour plaire aux personnes qui n’assisteraient pas normalement à un tournoi de golf, la marque a fait appel à Jérémie Nassir, fondateur de Trajectoire Studio. avec une devise de Quand le sport inspire, le studio s’associe à des marques et à des événements pour créer des expériences à 360 degrés en utilisant l’art comme point central, en mettant toujours l’accent sur l’interaction et l’accessibilité. Lacoste a travaillé avec Trajectoire dans le passé pour le tennis et, à juste titre, le nom choisi pour l’exposition de cette année était Quand le golf inspire.

« Lacoste m’a appelé pour apporter un nouveau mouvement autour du golf », explique Jérémie Nassir. « Pour voir comment je peux apporter un nouveau concept, une nouvelle expérience dans ce tournoi. Et ma proposition était de faire une exposition d’art sur le golf ».

Bien que Nassir ait donné de nombreuses expositions de basket-ball et de tennis, le golf est encore très nouveau pour lui. Mais souvent, il faut un étranger pour découvrir de nouvelles idées. « L’avantage, c’est que je ne m’y connais pas vraiment en golf. Je ne sais que des choses. Le swing, l’herbe, l’air, le green, le club… Plus tard, j’ai étudié un peu le golf, mais pas tant que ça. Parce que je veux juste avoir une nouvelle perspective.

Dans un premier temps, Lacoste a repensé l’image de marque du tournoi et le matériel promotionnel d’une manière qui communiquerait ce nouveau chapitre passionnant du tournoi. Pour ce faire, ils ont travaillé avec l’artiste Marie Pressmar, connue pour son style de police et de lettrage unique. Pour l’affiche principale du tournoi, Pressmar a modifié la taille et la forme du titre du tournoi, ajouté une iconographie de golf et une version simplifiée du célèbre logo crocodile. Cette nouvelle image de marque a été vue non seulement autour du premier trou et de l’hôtel, mais tout au long du parcours sur les panneaux d’information sur les trous et d’autres infrastructures.

Ce logo Lacoste simplifié a été le plus spectaculairement présenté comme toile de fond du premier tee box, une structure surélevée qui reposait sur le premier tee existant. Avec sa couche extérieure semi-réfléchissante et son terrain de départ en gazon artificiel, il ne ressemblait à rien de vu auparavant dans un tournoi professionnel. « La première inspiration n’était pas vraiment de changer autant de cap », dit Nassir. « La première idée était de faire une installation artistique avec des escaliers qui montent vers les nuages. Environ cinq, six, sept mètres de haut que les gens pouvaient escalader, marcher et au sommet ils pouvaient faire un tour, comme entraînement ».

Pour s’assurer que ce tee box soit non seulement magnifique, mais aussi pour maintenir l’intégrité de la compétition, Lacoste a travaillé en étroite collaboration avec les officiels du Ladies European Tour (LET). Nassir encore : « Nous avons proposé cette nouvelle idée au juge. Et le LET a dit ‘ok, pourquoi pas ? Mais au moins six mètres sur six’… Et l’herbe est une herbe spéciale. Très cher, pour être honnête avec vous. Mais très large, très dense. Le tee doit être dessus. C’est donc ce que le jardinier nous a appris à boire.

C’est une histoire intéressante sur la façon dont une œuvre d’art est devenue non seulement quelque chose à regarder, mais aussi à interagir avec et à utiliser dans le cadre d’un concours en direct. Et cela a élevé ce qui aurait autrement été un moment ordinaire, le premier coup de départ de la journée, en quelque chose de spécial et d’unique.

De même, à travers une variété d’installations artistiques, qui ont formé un noyau autour des 1er, 9e et 18e trous, le nouveau lieu de Lacoste a mis les spectateurs au défi de penser différemment, tout en respectant les traditions de l’art et du golf tout en défiant les normes et les attentes. C’était évident dans l’installation située devant et à gauche du premier tee, une reproduction fidèle mais subversive de la célèbre sculpture de Vénus de Milo qui réside au Louvre. Dans cette œuvre, conçue par Lauren Perbos, réplicatrice officielle de la sculpture, Vénus se tient debout avec un club de golf à la main en admirant son tir. Si vous êtes un amateur d’art, vous savez probablement que la Vénus de Milo exposée à Paris n’a pas de bras. Ainsi, alors que beaucoup sont peut-être passés devant cette installation et ont souri ou ri, d’autres l’ont peut-être considérée comme controversée.

« Je veux dire, c’est pour ça que l’art existe. Pour que les gens aient leur avis, pour qu’ils réagissent. Personnellement, c’est ce que je veux faire. Comme enfreindre les règles et rendre les gens peut-être offensés. Soyez heureux ou dites « c’est génial, c’est une excellente idée ». Ça n’a pas d’importance, chacun doit avoir son opinion », dit Nassir.

Prenez aussi, par exemple, Guillaume Grando. Connu sous le pseudonyme de Supakitch, Grando est un artiste multidisciplinaire originaire de Biarritz qui a débuté dans le tatouage et a fait évoluer son style pendant une dizaine d’années pour devenir plus expansif. Aujourd’hui, la signature de Supakitch est sa piscine, une représentation abstraite de l’eau qui sert d’étude dans le mouvement et la réfraction de la lumière. Un accro à l’adrénaline autoproclamé, Supakitch fait souvent référence au sport dans ses œuvres, mais comme Nassir, il n’a jamais travaillé avec le golf. choisi le nom neuf inondé pour cette première rencontre, placer neuf épingles avec des drapeaux nautiques à l’intérieur d’une piscine.

Dit Grando : « Il y a neuf trous sous l’eau et l’eau rend la pratique vraiment impossible. Je pense qu’avec l’art tu transformes parfois quelque chose d’utile en quelque chose d’inutile, tu sais ? Donc ça peut être comme quelque chose de tordu.

Il y a aussi un second sens derrière l’ouvrage qui intéresse encore plus Supakitch, une lecture qui se focalise sur l’impact environnemental du golf. Avec l’élévation du niveau de la mer, de nombreux terrains de golf de faible altitude pourraient bientôt être sous l’eau.

Dans toutes les expositions qui ont eu lieu autour du terrain de golf, l’accent a été mis sur l’incitation à l’interaction et aux moments de réflexion. L’exposition sur le terrain de golf a été conçue pour être vécue et les gens ont été encouragés à se rapprocher de l’art. Ce faisant, Lacoste a offert une expérience de tournoi vraiment unique qui a rehaussé le golf féminin et séduit une nouvelle génération d’amateurs de golf.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.